Recevoir notre Newsletter
Ligue 62   
 

 

"Guère" - article de la Voix du Nord

ImprimerPDFEnvoyer par mail

 

Retour sur la représentation de "Guère" à Auchy-les-Mines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 22 mai 2015
Photos : la Voix du Nord
Lire l'article sur le site de la Voix du Nord

 

 

 

 

 

 

 

"Auchy, Vendin, Houdain... de scène en scène, « Guère » poursuit sa route."

 

"Il y a un an environ, Bernard Morello sortait d’un tiroir les lettres d’un grand-oncle porté disparu au front en 1916, et le carnet de guerre d’un grand-père revenu sourd des batailles. Depuis ? Repérés par Dominique Sampiero, metteur en scène et comédien, ces textes, ajoutés à des extraits des carnets de Barthas ont donné naissance à un spectacle qui commence à gagner le cœur du public.

 

Beaucoup d’émotion dimanche pour le spectacle Guère tiré des souvenirs et des lettres de deux poilus alciaquois et déjà joué cet hiver à Givenchy. Malgré le cadre aride du complexe sportif, la magie a opéré, grâce aux comédiens-lecteurs et à la mise en scène de Dominique Sampiero qui a ajouté des extraits des carnets de Louis Barthas. Nouvelle mise en scène, nouvelle mise en musique de Gianni Leone, un Boulonnais, dont le travail ajoute encore de la profondeur au spectacle. Résultat : cette lecture très théâtralisée n’a plus grand-chose à voir avec la création de cet hiver.

 

Porté haut par Damien Haidon, Francis et Monique Bonnave, Jocelyne Heugue, les lecteurs de l’association Lire et faire lire, ainsi que le descendant des deux poilus alciaquois, Bernard Morello, parachuté comédien, ce spectacle est en train de faire son chemin. Dimanche, une cinquantaine de personnes étaient présentes. Mercredi à Vendin-les-Béthune, 147.

 

La suite ? Vendredi 29 mai, Guère sera joué à Merlimont (avec déjà 120 réservations). Puis le 4 juin, au lycée Jacques-Prévert d’Houdain. Il pourrait y avoir d’autres dates à Bruay et Arras. Un joli succès donc, qui surprend les comédiens, mais pas le public très ému à chaque fin de représentation : dans ces tranchées que les acteurs figurent, on se bat, on meurt. Et on attend, encore et encore. On écrit des lettres aussi dans lesquelles on dit que l’on aime, avec urgence, car demain il sera peut-être trop tard. On raconte la vie quotidienne, le manque d’hygiène, la faim, la mort… Poignant."